Nathalie SAINT-OYAN

Nathalie SAINT-OYAN

Parle-nous de toi ? Quelle est ton activé ?
Bonjour et merci pour cette proposition de se prêter au jeu du «Qui suis-je? ». C’est une sorte de selfie en fait ? … Je m’appelle Nathalie Saint-Oyant. J’ai un drôle de nom religieux qui m’a toujours beaucoup questionné ! Je m’amuse à penser que je suis une des descendantes directes du Saint ! Bah oui, et pourquoi pas ? 🙂

Je pourrais me définir en quelques mots clés :
Électron libre – autodidacte – habitée – expérimentale – curieuse et joueuse – intuitive – mélange de créativité et de réflexions métaphysiques qui me laissent souvent dans l’embarras du questionnement stérile : Où cours-je ? Dans quel état j’erre ? …

Mon parcours professionnel est assez éclectique. Après une expérience de 6 ans dans l’univers du dessin-animé où je me suis occupée de coordonner des équipes et des projets novateurs comme la série « Lascars » sur canal +, j’ai découvert le métier de designer textile qui a été comme une évidence pour moi ! J’ai donc créé des dessins et des motifs pour des collections de prêt à porter et de décoration pendant une dizaine d’années.
Quand j’ai quitté Paris pour revenir sur les terres de ma Provence natale, j’ai développé en parallèle une activité plus locale, de graphiste et conseillère en communication. La relation client me tient particulièrement à cœur. J’aime écouter, conseiller, accompagner, faire s’épanouir des projets.
Par la suite, j’ai goûté à la réalisation et au montage vidéo. J’ai réalisé un documentaire et de nombreux programmes en lien avec les plantes médicinales et les huiles essentielles, des univers qui me touchent particulièrement. Je réalise également des vidéos expérimentales plus personnelles.
La photo numérique m’a permis, par ailleurs, de travailler sur le Portrait qui est mon sujet de prédilection.

Tout ces projets me portent et me donnent beaucoup de joie. J’ai définitivement besoin de multiplier les expériences pour assouvir mon insatiable curiosité et expérimenter au mieux mon état d’être au monde.

 

Depuis quand es-tu coworker à la Fruitière Numérique ? Qu’est ce que tu aimes dans ce lieu ? Le déclic qui t’as fait venir ici et pas ailleurs ?
Je suis coworker depuis 6 mois. J’ai découvert la Fruitière il y a 2 ans, lors d’une expo que j’ai adoré. Ce printemps, j’ai contacté Pauline pour lui proposer spontanément mes services et lui parler d’un projet. Elle m’a accueilli avec beaucoup de bienveillance, ça m’a touché. Lorsqu’elle m’a parlé de l’espace coworking, j’ai pris une adhésion sans hésiter. Ce lieu est une magnifique opportunité de rencontre et d’inspiration. Il donne envie de créer. Et pourquoi pas, de montrer un jour son travail au public.

 

Décris-nous ce qu’est pour toi une journée type ?
Je suis plutôt dans l’improvisation, au gré de mes projets, de mes envies, de mes humeurs, au gré du ciel bleu… ou gris.

 

Quel est ton carburant pour tenir une grosse journée de travail ?
Je vis d’amour et d’eau fraîche, mon carburant est super BIO ! 🙂

 

Un mot, une phrase, ou une musique qui te correspond ?
Un texte de Camus :
« Quand je regarde ma vie et sa couleur secrète, j’ai en moi comme un tremblement de larmes. Comme ce ciel. Il est à la fois pluie et soleil, midi et minuit. Je suis tout cela à la fois. Je suis sûr qu’il est des moments où vous ne me reconnaîtriez pas. Extrême dans le malheur, démesuré dans le bonheur, je ne sais pas dire ». (Albert Camus, la mort heureuse)

 

Et pour finir, quel est ton rêve le plus fou ?
Voyager dans l’espace, écouter le silence de l’espace. Poser ma tête dans les pattes d’un lion sauvage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *